Domaine Henri Gouges

Le Domaine Henri Gouges est situé sur la commune bourguignonne de Nuits-St-Georges sur la Côte de Nuits. Il s’agit d’un des nombreux domaines de Bourgogne qui est passé à travers de gros changements durant ces dernières années. Les vins de Gouges étaient auparavant souvent relativement durs et inapprochables, et ne se révélaient pleinement en dégustation qu’après une décennie de vieillissement.

Ces dernières années, depuis que Grégory Gouges a repris le sceptre, ceci a changé de manière drastique. Les vins montrent une structure plus fine et précise. Ils offrent un caractère de terroir encore inconnu jusqu’à présent.

Vinification améliorée

Pour une fois, au Domaine Henri Gouges, les changements les plus importants n’ont pas eu lieu à la vigne, mais au niveau de la vinification, avec la mise en place en 2007 d’un nouveau cuvier qui a significativement contribué à l’amélioration qualitative.

Le vin n’est désormais plus pompé mais transvasé par gravitation uniquement. Ce travail plus en douceur à la cave garantit un maximum de fruit et éloigne les « tannins grossiers » qui furent auparavant la marque de fabrique caractéristique des vins de Nuits-St-Georges.

Gouges, grâce à ce travail de cave amélioré, s’appuie sur beaucoup plus de finesse et de souplesse dans ses vins et a appris que les caractéristiques de son vin n’étaient pas forcément en contradiction avec une structure solide. Tout comme avant, Gouges utilise que très peu de bois neuf dans ses élevages, avec au maximum 15 à 20% de barriques neuves.

Situation et vignes

Le Domaine Henri Gouges possède des parcelles dans six 1er crus, dont cinq se situent au sud du village de Nuits-St-Georges et une, Les Chaignots, au nord de celui-ci. Déjà du temps de Pierre Gouges, le père de Grégory, le Domaine avait instauré un enherbement entre les rangs de vigne. Ce système permet de protéger le sol de l’érosion et a, en plus, l’avantage significatif que l’herbe permet de pomper l’excédent d’eau du sol, ce qui a un effet positif sur la qualité des raisins : les raisins sont plus petits et deviennent moins sensibles à la pourriture.

La carte suivante montre les six différentes parcelles de Nuit-St-Georges d’Henri Gouges (source : https://www.bourgogne-wines.com) :

carte nuits st georgesLes quatre 1er crus les plus renommés de Nuits-St-Georges du Domaine Henri Gouges sont les « Clos des Porrets – Saint-Georges », « Les Pruliers », « Les Vaucrains » et les « Saint-Georges » qui, selon la plupart des experts mériterait d’être reclassé en Grand Cru.

Grégory Gouges désigne le « Clos des Porrets », comme le meilleur exemple du changement de la propriété. Le vin de cette parcelle a perdu les tannins durs qui créaient une sorte de corset autour du vin pour une structure qui coule sur la langue comme de la soie.

Nuits-Saint-Georges 1er cru « Les Chênes Carteaux » - un climat sous-estimé

domaine henri gougesLes vins provenant du climat « Les Chênes Carteaux » (en violet sur la carte) n’ont pas encore eu droit aux feux de la rampe. Peut-être de manière injuste…

« Les Chênes Carteaux » est situé directement à la frontière des deux climats renommés « Les Vaucrains » et « Les Saint-Georges » et bénéficie, un peu plus en altitude sur la colline, des mêmes sols calcaires, parsemés de pierres avec des argiles en profondeur. Les vignes atteignent en moyenne un âge respectable et produisent, année après année, des vins toujours plus complexes.

Nous avons sélectionné le millésime 2009, car nous sommes convaincus que les vins de ce climat de Gouges sont actuellement sous-estimés. Voici nos premières impressions à la dégustation du climat « Les Chênes Carteaux » :

Couleur rubis clair, le disque est presque transparent, avec un bel éclat.

disque henri gouges

Au nez, le vin s’ouvre rapidement dans le verre, avec un parfum intense de pierre de silex, de fumée, de pomme de pin, de canneberge, de zeste d’orange, de violette et d’une pointe de réglisse. Le vin est complexe.

En bouche, attaque fruitée et douce. Déjà très ouvert, plutôt sur les fruits rouges, immédiatement séveux, flatteur et charmant, aucune dureté, les tanins sont très fins, et restent en arrière-plan, en soutenant le fruit, avec un milieu de bouche puissant. L’acidité typique du millésime est en conséquence modérée, le degré d’alcool est plutôt modéré (13%), avec un excellent équilibre. Le vin a une très bonne complexité et de la structure, mais montre beaucoup plus de finesse que de force. En finale, le vin à une bonne longueur, avec une note amère délicate rappelant le pamplemousse rose.

Dans l'ensemble très cohérent, plait beaucoup par son côté «insupportable légèreté de l’être". La fenêtre de consommation s’ouvre à partir de maintenant jusqu'en 2023. Un vin qui peut être apprécié par lui-même ou peut accompagner un plat pas trop puissant. Par exemple, une roulade de lapin sur une salade de printemps. 92/100.

J’aimerais découvrir les vins d’Henri Gouges en Bourgogne !