Plus de 20 ans d’expérience à votre service

Panier
item - Fr. 0.00
x

Votre panier est vide.

Sous total: Fr. 0.00

Bordeaux Primeurs 2017

Le maître mot résumant l’épopée climatique des Bordeaux 2017 est : précocité. Précocité du débourrement tout d’abord, par une succession de conditions météorologiques particulières : un hiver froid, mais surtout particulièrement sec, des précipitations très rares... (environ 150 mm entre le 1er octobre et le 31 janvier), puis début février, quelques précipitations permettent de remplir faiblement les réserves de la terre en eau (déficit de 150 mm par rapport à la normale) et enfin un fort adoucissement de la température de mi-mars à fin avril, ce qui contraste fortement avec les températures hivernales. D’où une croissance rapide des végétaux à mi-avril déjà.

Bordeaux 2017

Précocité de la floraison ensuite : la température ayant permis aux bourgeons printaniers de se former, le froid soudain et glacial (allant jusqu’à -6° à certains endroits) qui s’abat sur Bordeaux les nuits des 27 et 28 avril gèlera certains vignobles et empêchera certaines propriétés de vendanger le millésime 2017 (une telle catastrophe climatique n’était plus survenue depuis 1991). Ce froid perdurera jusqu’à début mai, puis des températures estivales s’installeront de façon soudaine et intense, provoquant déjà dès le 10 mai les premières floraisons de Merlot. Ces dernières s’avéreront être non seulement rapides, mais également homogènes (comme en 2005), puisque la forte chaleur durera jusqu’à fin juin, où un épisode pluvieux reconstituera les réserves en eau et ferra grossir encore un peu les grappes. Ces conditions estivales durant presque deux mois ont ainsi permis une floraison idéale, de par l’épaississement des pellicules et une belle richesse phénolique. 

Découvrez tout l'assortiment des Bordeaux 2017 !

bordeaux pomerol

Précocité de la véraison : l’été sera frais et très sec à Bordeaux, ralentissant une maturation trop rapide, préservant les acides et retardant la fragilisation des pellicules. Les premiers signes de véraison se feront tout de même sentir dès le 10 juillet et se poursuivront de façon très homogène. Les différences thermiques entre le jour et la nuit durant la deuxième quinzaine d’août permettront une excellente synthèse des anthocyanes et des précurseurs d’arômes.

Précocité des vendanges enfin : La pluie ayant tardé durant l’été, elle apparaît début septembre, provoquant le début de certaines vendanges, surtout concernant le Merlot. Elles se poursuivront avec le Cabernet Franc et enfin se termineront par le Cabernet Sauvignon. Ces pluies ont favorisé l’évolution des pellicules et ont harmonisé la maturité des arômes. De plus, elles ont évité d’éventuels risques sanitaires. Le résultat des Bordeaux primeurs 2017 est étonnement équilibré.

Le gel nocturne des 27 et 28 avril 2017 s’est abattu de façon inégale sur les vignobles bordelais, la rive droite et ses vignes de Merlot ayant été globalement plus touchées. Les propriétés en bordure d’estuaire de la Gironde ont été sauvées par cette dernière… En effet, là où la Garonne et la Dordogne se réunissent, une protection thermique a empêché le gel de figer les premiers bourgeons des propriétés de la rive gauche.

Si l’on entre un peu dans le détail du millésime 2017, dans la zone de Pessac-Léognan, certaines propriétés ont eu une partie de leurs vignes gelées, ayant, in fine, un millésime réduit en quantité, voire inexistant. Ainsi les vins rouges qui ont pu être produits ont en bouche un fruité croquant et les vins blancs de cette région sont plutôt floraux, avec des notes de fruits à chair blanche.

Dans le Médoc, également touchés par le gel, les zones de Listrac et Moulis sont concernées, bien que des propriétés comme le Château Poujeaux aient réussi à produire un millésime 2017.

vieux château certan - Vin de Bordeaux

Les vins de l’appellation Margaux ont tout de même produit 25% de moins que l’année dernière. Ils présentent néanmoins une certaine élégance, des tanins ronds et soyeux et un équilibre réussi entre fruit et acidité. A Pauillac, les vins possèdent globalement des arômes de fruit mûr et croquant. Dans les propriétés situées sur la rive droite et ayant réussi à échapper aux ravages du gel, les Merlots sont bien équilibrés, sur la fraîcheur, garantissant un certain consensus au niveau des tendances gustatives actuelles. Ces raisins donnent des jus concentrés en fruits rouges, avec une acidité qui soutient cette fraîcheur aromatique.

Saint-Julien propose quelques belles réussites, certains vins étant particulièrement séducteurs, avec une bouche friande et de la matière.

A Saint-Estèphe, dont les vins en primeurs sont plutôt fermés en début de parcours, certains vins ont étonnement une bonne longueur et des arômes de fruits noirs croquants, dont entre autres, Calon-Ségur et Phélan-Ségur. Concernant les Sauternes, le botrytis a été évité début septembre, mais a enfin fait son apparition grâce aux pluies de la fin du mois. Les liquoreux 2017 présentent des arômes de pêche blanche et de fruits exotiques, avec des arômes d’agrumes en fin de bouche.

Sur la rive droite, à Pomerol d’abord, il y a une vraie scission entre les propriétés : alors que des châteaux comme Vieux Château Certan ou La Conseillante n’ont presque pas eu de gel, d’autres propriétés, avec une différence de température d’à peine 1 ou 1,5 degrés, ont vu leurs efforts anéantis. Une grande majorité des vins a tout de même pu être produit et le résultat est de grande qualité. Ils sont moins alcoolisés et plus frais, avec de complexes arômes de violette et une capacité de garde extraordinaire.

A Saint-Emilion enfin, les propriétés situées sur des croupes légèrement surélevées s’en sont globalement bien sorties, alors que celles en contrebas ont particulièrement souffert lors de ces deux nuits d’avril.

Afin de résumer le millésime 2017 à Bordeaux, malgré une année caractérisée par un faible régime hydrique (seulement 600 mm de pluie) et les terribles conséquences du gel pour certaines propriétés, il s’agit d’un millésime complexe où il sera essentiel de distinguer chaque domaine. Ceux qui ont vu leur récolte sauvée, proposent des vins dont l’expression élégante bordelaise ne fait pas exception et font preuve d’équilibre, de pureté, de fraîcheur et d’appétence.

En bref, raffinement et puissance sont au rendez-vous et les tanins sont discrets et savoureux, lorsque, par les détours des caprices de la nature, les grappes de certains vignobles ont été protégées dans leur écrin.

Notre grande dégustation des Bordeaux primeurs a eu lieu le jeudi 17 mai dans les salons du Lausanne-Palace & Spa. Voici le lien vers les photos de l'évènement ainsi que la liste des gagnants de la tombola. Vous trouverez aussi le lien vers le carnet de dégustation des vins de Bordeaux 2017.

Découvrez tout l'assortiment des Bordeaux 2017 !

Actualités Toutes les actualites >