Plus de 20 ans d’expérience à votre service

Votre panier est vide.

Sous total: Fr. 0.00
  

Bordeaux

Deux mille ans d'histoire partagée ont fait de Bordeaux la capitale mondiale du vin. Au fil des siècles, la région connaît une histoire riche et mouvementée, très souvent mal connue des bordelais eux-mêmes.

A l’époque des Gaulois, ces derniers buvaient communément de la bière faite avec de l’orge, la cervoise, et ne connaissaient que le vin apporté par les marchands méditerranéens. Le vin est essentiellement importé de Pompéi, du Narbonnais et d’Espagne. Par la suite, les populations Bituriges décident de planter leur propre vignoble avec un cépage résistant au froid, le célèbre cépage Biturica ou Biturgiaca qui nous est connu par les écrits de Pline l’Ancien et de Columelle.

L’importation de la biturica, dont l’origine n’est pas encore déterminée, scellera la vocation viticole de Bordeaux. Ainsi en 71 après J.C., quand Pline visite la région, les vignes sont  déjà là. Très vite, la ville se transforme en une cité de négoce où la culture vinicole touche tous les secteurs de l’économie, le vignoble va s’étendre régulièrement et conquérir déjà les coteaux de la rive droite.

D’Ausone aux rois d’Angleterre

Alors que déjà au IVème le prestigieux poète Ausone vante les qualités du vin de sa chère patrie bordelaise (, au Moyen-Âge, les rois anglais exemptent les vins de Bordeaux de droits et taxes et défendent à leurs sujets de consommer des produits d’autres origines tant que les vins de Bordeaux ne sont pas entièrement consommés.

Rappelons qu’à cette époque, on recherche les vins « frez et noviaux, fors, âpres et bien bevans, sous la dénomination générale de vin claret », bien loin de ce que nous apprécions et dégustons aujourd’hui …

Londres premier marché des vins de Bordeaux

Londres est alors le premier marché des vins de Bordeaux et va le rester même après la bataille de Castillon qui restitue l’Aquitaine à la France. Sous Louis XI , en 1462, 4000 marins réunis dans la confrérie de Notre-Dame de Montuzet, instituée à Bordeaux, font commerce du vin.

Afin de relancer les échanges commerciaux, le roi de France fait don au roi d’Angleterre de 300 chariots de vin de Gascogne, confirme les privilèges sur les vins transportés sur la Garonne. Il va même rétablir les deux grandes foires de l’Ascension et de la Saint-Martin, créées auparavant par le roi d’Angleterre Edward III.

Le vin de Bordeaux et les guerres

Le goût pour les vins de Bordeaux va s’accroître sous la Renaissance. Les guerres des rois Louis XIV, XV, XVI vont rendre difficiles les exportations, quelques défaites vont favoriser les vins d’Espagne et de Bourgogne, quand les pays vainqueurs n’imposent pas la consommation de bière.

Les préconisations d’arrachage des Intendants ne sont pas suivies et le commerce du vin va reprendre avec l’Amérique, les Iles et toute l’Europe de nord.

Le 19ème siècle voit l'apparition d'une terrible maladie qui frappe tout le vignoble bordelais " le phylloxera ". Importé des Amériques, c'est un petit parasite qui s'attaque aux racines de la plante. Le vignoble bordelais doit son salut à la greffe d'un cépage français( le vitis-vinifera ) avec un cépage américain ( le vitis labrusca). Il faudra cependant attendre l'entre deux guerres pour que le vignoble se reconstitue. Malgré cela, la situation économique générale permet au marché des vins de Bordeaux de connaître une relative prospérité jusqu'à la fin de 19°siecle.

Le classement officiel

C’est Lodi Martin Duffour-Dubergier, Maire de Bordeaux entre 1842 et 1848, qui en 1855, en tant que Président de la Chambre de Commerce s’investit afin de mettre en place le classement des vins de Bordeaux à la demande de Napoléon III.

Les vins furent classés en importance du premier au cinquième cru par l’Union des courtiers de commerce près de la Bourse de Bordeaux. Ce classement et les 88 Châteaux (61 rouges, 27 blancs) qui en font partie, reste un sujet de discussion parmi les amateurs.

En 1892, un ouvrage publié par la municipalité, vient résumer la situation et la « morale » en matière de viticulture et de vin :

« Les vins en changeant de propriétaires peuvent être modifiés. Tel cru, négligé par un propriétaire insouciant ou obéré peut tomber dans les mains d’un homme riche, actif, intelligent et par cela même donner de meilleurs produits. Le contraire peut aussi arriver ».

Tout est dit ou presque ….

L’époque contemporaine

Les guerres mondiales du XXème siècle, les crises économiques successives, la concurrence de pays émergents, l’évolution des goûts et habitudes de consommation constituent autant d’attaques sur la vigne et le vin de Bordeaux, qui ne manquent cependant pas d’atouts.

La production du terroir reste noble en bordelais, ainsi que la culture et le savoir-vivre qui entourent cette pratique ancestrale.

Inscrit non seulement dans son patrimoine mais aussi dans ses gènes, l’art viticole à Bordeaux peut s’enorgueillir de par ses racines millénaires, sa richesse historique et la tradition qui s’y rattache, d’être en tous points incomparable.

Autant de valeurs auxquelles les Bordelais qu’ils soient, producteurs, négociants ou simples consommateurs, semblent de plus en plus attachés ….

Sources (Dossiers d’Aquitaine)

La situation géographique de la région viticole de Bordeaux

Le département de la Gironde est formé de l'ancienne Guyenne, et de la basse Gascogne connue sous le nom de "Bazadais".

Il est limité au nord par le département de la Charente maritime, au sud par celui des Landes, à l'est par ceux du lot et Garonne et de la Dordogne, et enfin à l'ouest, par l'océan atlantique.

Sa superficie est de 10.000 km, c'est le plus grand département Français.

Sa population est d'environ 1.214.000 habitants.

Les vins de Bordeaux sont regroupés en 54 appellations d'origine contrôlée (AOC) qu’il est possible de séparer en cinq groupes : le Médoc, les Graves et le Sauternais, l’Entre-deux mers, les vins du Libournais et les vins des Côtes.

Le Cépage

Les vins de Bordeaux sont un assemblage de plusieurs cépages, ce qui en fait leur particularité. C’est aussi le cépage, par les éléments de la peau du raisin, qui est à l’origine de la variété de couleurs entre les appellations.

Les cépages rouges les plus présents sont le Merlot (50% de l’encépagement en rouge) et le Cabernet Sauvignon (30%). Par ailleurs, on trouve également le Cabernet Franc, le Carmenère, le Malbec et le Petit Verdot.

Pour les vins blancs, les cépages les plus présents dans le vignoble bordelais sont le Sémillon (60% des cépages blanc), le Sauvignon (20%) et la Muscadelle (10%). Trois autres cépages sont également présents : le Colombard, le Merlot blanc et l’Ugni blanc.

Produits 1 à 10 sur 69

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7

Produits 1 à 10 sur 69

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7